Il reste des places pour les weekend à venir !

séjour tranquille en famille avec toutes les activités sur place

TRES BONNE ANNEE 2018 !!!

09 87 88 46 76 (sms uniquement 06 83 68 86 45)

contact@evasionaunaturel.com

spa montagne

Envie d'évasion ? Découvrez un lieu unique !

Eco construction

Principe

L'association utilise le site des « Balcons de Marcieu » de l'Evasion Au Naturel afin d'expérimenter les techniques de construction passive avec des matériaux locaux et respectueux de l'environnement.

Chalet en montagne Evasion au naturel

Actions

  • Organiser des animations pédagogiques pour apprendre à utiliser de nouvelles techniques d'éco construction...
  • Présenter des visites guidées de site pour avoir un retour d'expérience sur les techniques d'éco construction du site...
  • Participer à un film retraçant la filière d'éco construction en Chartreuse...
  • Installer des outils de mesure dans les éco gites pour tester la consommation d'eau et d'énergie avec de nouvelles méthodes lors de séjours...
  • Utiliser les toits des éco gites pour faire installer des panneaux photovoltaïques source d'énergies renouvelables...
  • Conseiller pour l'amélioration de l'impact écologique de chacun dans son habitation...

L'écoconception

Entre Isère et Savoie, le centre écotouristique L’Évasion au naturel associe lieu de vacances et d’événements à la montagne à un centre de formation pédagogique sur l’écoconstruction, l’écosystème montagnard et les plantes médicinales et culinaires. 

Situé dans le massif de la Chartreuse sur le plateau des Petites Roches, L’Évasion au naturel propose des activités axées sur la découverte et la protection du milieu montagnard ainsi qu’un hébergement constitué de sept chalets écologiques.

Ces textes sont une synthèse du livre écrit par Frédéric Desautel sur le thème de l’écoconstruction.

Pour tout renseignement complémentaire ou si vous souhaitez acquérir cet ouvrage, contactez L’Évasion au naturel.

 

La conception bioclimatique

La conception bioclimatique consiste en une étude préalable et environnementale du site d’implantation. Cette étude porte sur le climat voire le microclimat environnant. Elle permet d’adapter le projet aux caractéristiques du milieu, d’en tirer les avantages en termes de captation de l’énergie solaire, d’apport de chaleur et d’optimisation de l’éclairage naturel. Elle minimise en outre l’impact environnemental sur le lieu d’implantation. Garant d’un cadre de vie préservé et agréable ainsi qu’un confort de vie optimum, le choix d’une conception bioclimatique oriente les techniques architecturales et de construction, et favorise les économies d’énergie.

   ecoconstruction chalet écologique

Les vents et la pluie
L’exposition aux vents est liée au terrain. L’Évasion au naturel se situe sous le col de Marcieu (à 1060 mètres d’altitude), le site est donc protégé des vents froids du nord et humides de l’ouest. Le vent plein ouest est stoppé par les falaises de la Chartreuse et passe par la cluse de Grenoble. Ce couloir est orienté sud-ouest. Le vent s’engouffre donc dans ce couloir et remonte vers L’Évasion au naturel. Le vent est alors plus chaud et humide et peut amener orages et pluies violentes. Concernant les vents du nord qui sont plutôt secs et froids, le site n’en ressent pas le passage grâce à sa situation en contre-bas sud du col. D’ouest en est, les perturbations océaniques amènent des pluies fines en passant au-dessus du massif de la Chartreuse.

La géologie
Le site repose sur une dalle de calcaire recouverte par une couche d’argile, imperméable, qui fait ruisseler les eaux. Sous les bâtiments, la couche d’argile a été percée pour éviter les ruissellements sous les chalets et favoriser l’infiltration dans le sol.

La flore
Tout le terrain était recouvert d’une forêt d’épicéa, ne permettant pas à d’autres plantes de pousser. Après le déboisement et le dessouchage, une végétation dite pionnière a commencé à reprendre ses droits sur la partie basse du terrain, avec des aubépines par exemple. Tandis que sur la partie haute, des plantes culinaires et médicinales ont été plantées

.ecoconstruction naturelle

Les murs « naturels »
Le massif de la Chartreuse forme un mur naturel qui empêche certains vents de souffler sur le site. Il procure également un écran solaire à l’ouest. De plus, la falaise est constituée de calcaire. La roche emmagasine la chaleur pendant la journée pour la restituer en fin d’après-midi et dans la nuit. À l’est, il n’existe aucun écran naturel puisque le site fait face à la vallée.

L’exposition nord-sud
Pour tirer un maximum de bénéfices du soleil, l’implantation et l’orientation des chalets ont privilégié des ouvertures optimisées et des terrasses, toutes orientées au sud-est. Ainsi, le grand chalet est équipé des fenêtres amovibles en double vitrage, tandis que les fenêtres fixes sont en triple vitrage. Les fenêtres des écochalets sont dotées également de double vitrage

.ecoconstruction chalet écologique

 

Forte de ces différentes contraintes et atouts, la conception bioclimatique de L’Évasion au naturel intègre la végétation au sein même de l’habitat sous forme de murs ou de toitures, valorise dans le même temps les flux de chaleur, de fraîcheur et de lumière naturelle.

 

La filière de l'écoconstruction

Un peu d’histoire
La diffusion du concept de l’écoconstruction est due en partie au contexte économique des années 70. En effet, suite aux deux crises pétrolières de 1973 et 1979, les énergies fossiles deviennent rares et coûteuses. De plus, la mise en évidence du syndrome du « bâtiment malade », qui provoque des maladies chez ses habitants, contribue à l’émergence du concept d’écoconstruction. L’idée est donc de réduire la dépendance des habitats aux énergies fossiles et de trouver des matériaux nouveaux afin de construire des maisons saines.

En 1995, et après une vingtaine d’années d’expérimentation des matériaux, le concept s’institutionnalise, notamment avec la création de l’association Haute Qualité Environnementale. Elle constitue alors un référentiel en matière de construction plus respectueuse de l’environnement basée sur une démarche volontaire. construction écologique

En 2009, la France adopte les recommandations proposées par le Grenelle de l’environnement de 2007. S’en suit la création de normes et de labels de référence tels que BBC et RT 2012, qui listent des obligations pour les constructions nouvelles. Ces réglementations concernent le confort en été, les énergies renouvelables, l’étanchéité à l’air, des vitrages performants, une isolation renforcée ainsi qu’une construction bioclimatique.

 Aujourd’hui, l’écoconstruction revient à :

  • préserver les ressources énergétiques (matières premières, eau…) ;
  • lutter contre le réchauffement climatique ;
  • réduire la quantité de déchets ;
  • améliorer la qualité de l’air intérieur ;
  • augmenter le confort des occupants ;
  • normaliser la qualité environnementale et sanitaire des produits de construction.

La filière en Isère
En Isère, la filière de l’écoconstruction se structure, autant du côté des institutions que des entreprises. Le territoire regroupe également un certains nombres de centre de R&D axés sur l’expérimentation et la validation technique, des clusters et des centres de formation.

La Chambre de Métiers et de l’Artisanat de l’Isère propose de référencer l’ensemble des acteurs qualifiés de la filière de l’écoconstruction en Isère et en Rhône-Alpes afin de créer un annuaire de qualité pour les particuliers et les professionnels. Le référencement dans cet annuaire permet de mettre en avant les qualifications et les savoir-faire des différents professionnels de l’écoconstruction

Le Pôle Innovations Constructives (PIC) est un pôle d’excellence, créée en 2007, qui réunit une centaine d’adhérents en Rhône Alpes. Le PIC représente :

  • les entreprises de la filière "bâtiment", de l’amont à l’aval 
  • les organismes de formation et de recherche 
  • les institutionnels, partenaires et organisations professionnelles construction écologiqueconstruction écologique

 

L’écoconstruction

Entrée en vigueur en octobre 2011, la réglementation thermique française, RT 2012, impose une réduction obligatoire de la consommation primaire de 150 milliards de kWh entre 2013 et 2020.  

Cette réduction peut être rendue possible par la combinaison de plusieurs principes à mettre en place :

  • une meilleure conception et isolation des bâtiments qui induisent un besoin de chauffage divisé par 2 ou 3 ;
  • une généralisation des techniques les plus performantes ;
  • une réduction des émissions de CO2 entre 13 et 35 millions de tonnes entre 2013 et 2020.

Les bâtiment basse consommation (BBC) 
Un bâtiment de basse consommation énergétique est un bâtiment pour lequel la consommation énergétique nécessitée pour le chauffer et le climatiser est très diminuée par rapport à des habitations standard.logo BBc

D’après la RT 2012, la consommation conventionnelle en énergie primaire* d’un BBC (pour le chauffage, le refroidissement, la ventilation, la production d’eau chaude sanitaire, l’éclairage et les auxiliaires techniques,  pompes…) doit être inférieure ou égale à 50 kWh/m2/an.

* L’énergie primaire correspond à l’énergie disponible dans la nature (énergie solaire, éolienne, hydraulique, la géothermie, les combustibles de minéraux solides, les biomasses, le gaz naturel).

Ainsi, les 6 petits écochalets de L’Évasion au naturel sont des bâtiments basse consommation. Ils consomment en moyenne 30 kWh/m2/an. 

Chauffe-eau électrique
L’eau des petits écochalets est chauffée par un chauffe-eau électrique grâce à une résistance électrique. Ce choix est lié à leur usage touristique et saisonnier.

Robinet à deux positions 
Pour les chalets Chartreuse et Oiseaux, l’ouverture des robinets se fait sur deux positions différentes. Une première butée limite le débit à 50 % du débit maximal. Ainsi des économies d’eau sont faites.

Concernant le système d’eau tiède sanitaire, il est similaire à celui du grand chalet de groupe. 

Un ensemble d’équipements bien pensés
L’ensemble des éviers est équipé de capsules peu consommatrices. L’éclairage est assuré par des ampoules à économie d’énergie remplacées petit à petit par des Leds. Les chasses d’eau sont à économie d’eau potable. 

Ventilation mécanique à simple flux hygrométrique 
Pour les chalets Chartreuse, Oiseaux, Fleurs du plateau et Hiver, les bouches d’entrée de l’air extérieur sont placées sur les portes et les fenêtres des pièces à vivre. Les bouches d’extraction sont placées dans les pièces de service (cuisine, salle de bain, toilettes). Elles sont reliées par des gaines à un groupe d’extraction motorisé situé dans les caissons des mezzanines. L’ouverture des bouches d’entrée dépend du taux d’humidité de la pièce. Plus le taux d’humidité de la pièce est élevé, plus les bouches d’aération sont ouvertes. Cette technique évite de trop grandes pertes d’énergie.

La ventilation mécanique est quant à elle à double flux (VMC) pour les chalets Été et Fleurs de montagne comme dans le grand chalet de groupe. 

 

La construction passive

L’habitat passif est un bâtiment dont la consommation énergétique au m² est très basse, voire entièrement compensée par les apports solaires ou par les calories émises par les apports internes (matériel électrique et habitants). On parle alors de bâtiment à énergie positive*. Ces quotas sont respectés dans le grand chalet du centre L’Évasion au naturel. 

* Les bâtiments à énergie positive produisent plus d’énergie qu’ils en consomment grâce à l’éolien, au photovoltaïque et à la micro-cogénération. L’habitat passif doit respecter certains quotas instaurés par la RT 2012 spécifiques d’une construction passive.

RT 2012Cette faible consommation d’énergie est due à plusieurs techniques utilisées qui limitent la consommation d’eau, d’électricité, de bois, etc. Revue de détails de quelques-uns des équipements de nos écochalets.

Eau chaude sanitaire
L’eau du cumulus est chauffée de trois façons différentes, qui prennent le relais en fonction des conditions climatiques :

  • les panneaux solaires thermiques orientés au sud couvrent une surface de 10 m². Ils recouvrent des tuyaux remplis de glycol qui chauffent avec les rayonnements solaires. Le glycol chauffe à son tour l’eau du cumulus ;
  • l’apport électrique ;
  • e poêle bouilleur stocke les calories émises par l’eau chauffée.

L’eau du cumulus sert à un usage domestique (douche, lavage des mains, etc.). Elle est également utilisée pour la VMC, pour les radiateurs du local à ski et de la salle d’activités ainsi que pour l’espace détente du grand chalet.  

Ventilation mécanique à double flux
Le but de la VMC double flux est d’assurer une bonne qualité d’air intérieur, améliorer le confort et générer des économies. Le principe de la VMC double flux est de filtrer et de régénérer l’air de la maison tout en perdant le moins de chaleur possible.

Ainsi l’air froid venant de l’extérieur est réchauffé par l’air chaud sortant de la maison dans un échangeur de calories.  

Recyclage de l’eau de pluie
Nous avons fait le choix de récupérer l’eau de pluie pour la réutiliser dans les sanitaires du grand chalet d’accueil, dans le lave-linge de la buanderie et pour l’arrosage extérieur. Les gouttières déversent l’eau dans une grande cuve située au niveau du terrain de jeux sous la pelouse. Cette cuve de 6000 litres stocke l’eau. 

Système d’eau tiède pour la cuisine
Pour se laver les mains ou faire une petite vaisselle, une eau à 30 °C est suffisante. Un petit cumulus de 6 litres est donc installé sous l’évier de la cuisine. Néanmoins, si ce compensateur est vide, le gros cumulus de 75 litres prend le relais. Ce petit cumulus permet d’économiser de l’énergie car on n’utilise pas de l’eau à haute température, qui nécessite un grand apport de calories pour être chauffée.  

Limiter le débit d’eau
Dans les douches, une douchette à poignée a été installée à la place du pommeau de douche habituel. Cette poignée ouvre ou coupe l’eau selon si la douchette est en main. Nos résidents au centre écotouristique utilisent en moyenne 8 litres d’eau par douche, ce qui représente une consommation d’eau divisée par 5 par rapport à la moyenne.

L’ensemble des éviers est équipé de capsules appelées mousseurs hydro-économes. Ces embouts sont fixés sur l’orifice de sortie du robinet. Ils permettent d’injecter de minuscules bulles d’air dans l’eau et de réduire de 30 à 70 % le débit d’eau tout en conservant une largeur de jet identique.

Le choix d’ampoules peu énergivores
Le choix des ampoules s’est naturellement porté sur les ampoules à économie d’énergie au début. Mais à l’usage, ce sont des ampoules fragiles, qui perdent en durée de vie par une utilisation intensive et qui nécessitent un recyclage spécifique. Petit à petit, ces ampoules sont remplacées par des Leds, qui offrent une durée de vie plus longue et une bonne résistance au choc mais qui, là aussi, posent un problème environnemental lors de leur production.

 

Les murs

Lors de la construction de ses chalets écologiques, L’Évasion au naturel a fait le choix résolu d’utiliser des matériaux naturels pour les murs, l’isolation et le bardage extérieur.

Afin de minimiser l’émission de gaz à effet de serre, les bois utilisés pour la construction sont tous des bois issus des forêts de Chartreuse, mis en œuvre par la filière locale avec une distance - entre la coupe des bois, le lieu de sciage, de séchage et de rabotage jusqu’au pied du chantier - inférieure à 60 km. construction écologique

Quel matériau et pour quoi ?
Une essence de bois différente selon ses usages :

  • le sapin et l’épicéa pour tous les intérieurs : charpentes, poutres, finitions, murs mais aussi pour les bardages verticaux à l’extérieur ;
  • le mélèze et le douglas pour les bardages extérieurs horizontaux, la terrasse et la toiture. 

Dans les écochalets, l’OSB est mis à profit pour les finitions intérieures, les plafonds et les coffrages, avec une épaisseur de 15 mm, et pour les planchers des mezzanines, avec une épaisseur de 25 mm.

Le Kronolux DFP est une peau de fibres ouverte à la diffusion, étanche au vent et isolant thermiquement. Il peut servir comme parement extérieur, en construction, pour les façades et les cloisons légères, en sous-toiture ou comme panneau de contreventement.

La laine de chanvre est utilisée dans les chalets jumelés Fleurs ou Été-Hiver pour les murs sud du sas ainsi que dans les murs des sas des écochalets Oiseaux et Chartreuse. Elle est également présente dans toutes les cloisons des chalets.

La ouate de cellulose est employée pour l’isolation des murs extérieurs du grand chalet et des écochalets.

La laine de bois, plus appropriée en terme d’isolation thermique, a été placée dans les murs orientés au nord.

Les cloisons intérieures sont composées d’une plaque d’OSB de 15 mm, de tasseaux verticaux et horizontaux pour l’armature. Cet espace est comblé par des matelas de laine de chanvre. Une deuxième plaque d’OSB de 15 mm vient fermer la cloison. Les matelas de laine de chanvre sont utilisés en intérieur pour l’isolation qu’elle procure. 

 construction mur écologique

Les toits

Le toit du grand chalet de groupe
La toiture est faite d’un caisson de même composition que le caisson des murs des chalets (avec 330 mm de ouate de cellulose), d’un caisson d’air de 30 cm et d’un caisson d’OSB recouvert d’un bac acier. Le bac acier est une solution économique et facile d’entretien indispensable au grand chalet pour la récupération de l’eau de pluie et pour installer facilement  les panneaux solaires thermiques. panneaux solaires

Les toits des écochalets
La toiture est composée d’un caisson de la même composition que le caisson des murs des chalets (avec 330 mm de ouate de cellulose), d’un caisson d’air de 30 cm et d’un caisson d’OSB recouvert d’un feutre bitumé isolant. Ici, nous avons opté pour une toiture sans bac acier car cela aurait nécessité des installations trop onéreuses pour récupérer l’eau de pluie et l’utiliser à l’intérieur du chalet. De plus, cela n’aurait pas été intégré dans le paysage préservé du centre. 

Par-dessus les faces nord des écochalets Oiseaux et Chartreuse et sur les faces est des écochalets jumelés, un habillage de mélèze imputrescible a été posé de manière définitive pour un aspect esthétique.

Pour les toits en face sud des écochalets Oiseaux et Chartreuse et en face ouest des écochalets jumelés, des planches de sapin pré-clouées avaient été posées provisoirement. En effet, les planches ont été plus faciles à enlever lors de l’installation de la toiture avec des panneaux photovoltaïques.

De plus, des dépassées de toitures ont été intégrées lors de la construction. Leur rôle est de protéger le mur de la neige et de la pluie, afin d’empêcher l’humidité de s’installer. Au contraire en été, cela permet de limiter les rayons du soleil et d’assurer une température agréable. 

La toiture végétalisée
Excellent isolant thermique et phonique, une toiture végétalisée expérimentale a été installée sur le toit du sas des écochalets jumelés Été et Hiver.

Aussi appelé écotoit ou toit vert, le concept du toit végétalisé consiste à recouvrir un toit plat ou à pente légère d’un substrat planté de végétaux. Suivant le toit et sa pente correspond une technique de végétalisation et des types de plantes particuliers. La France compte aujourd’hui 1 % de toitures végétalisées.

Sur le site de L’Évasion au naturel, des toitures végétalisées seront installées à terme sur tous les sas d’entrée et sur la toiture de la salle de réunion.

 toiture végétalisée

  

Les labels

Les certifications et labels obtenus par L’Évasion au naturel sont un gage de bonne gestion du site et de son environnement. 

La marque du Parc naturel régional de la Chartreuse
La marque du Parc naturel régional de la Chartreuse a été attribuée à l’Évasion au naturel en 2010. Les professionnels, prestataires, artisans et producteurs reconnus par la marque Accueil du ParcParc naturel régional de chartreuse naturel régional de la Chartreuse s’engagent dans leur métier à appliquer les principes suivants : 

  • l’attachement au territoire, à ses valeurs et à ses traditions, à ses richesses patrimoniales ;
  • un développement à dimension humaine, une solidarité entre les acteurs du territoire et de la communauté ;
  • la protection de l’environnement, de l’intégration de leurs activités dans les paysages.

Cette marque encourage donc le respect du site naturel de la Chartreuse et sa mise en valeur.

Le label La Clef Vert
Le label la Clef Verte a été accordé à l’Évasion au naturel depuis octobre 2010. Ce label volontaire encourage, accompagne et distingue les meilleures initiatives environnementales dans les hébergements touristiques. Pour être labélisé, le site touristique doit respecter plusieurs principes. 

Notre centre écotouristique remplit ces critères :

la clé verte

  • en proposant des animations pédagogiques liées à l’écologie en montagne, à l’habitat durable ainsi qu’au fonctionnement d’un jardin ethnobotanique ;
  • en gérant de manière économe l’eau potable, les déchets avec le tri sélectif et le composteur ainsi que l’énergie grâce à l’isolation, et aux capteurs solaires ;
  • en achetant de manière responsable, et en sensibilisant à l’environnement grâce à des compteurs d’eau visibles dans les chalets, ainsi  que par de la documentation  disponible dans toutes les locations ou auprès Frédéric Desautel et des intervenants.

En choisissant un hébergement labellisé la Clef Verte, le vacancier encourage les pratiques écologiques et durables dans le domaine du tourisme.

Tourisme et Handicap
Le label Tourisme et Handicap a été attribué à l’Évasion au naturel en 2011. Avec ses deux chalets accessibles aux personnes à mobilité réduite, l’Évasion au naturel permet à tous de passer des vacances à la montagne.

Ces chalets sont agencés dans le respect du confort  et des usagers attendus. Le grand chalet est aussi labellisé ainsi que l’accueil et la salle de séminaire.

 label tourisme et handicap



EAN sur Google Plus

“Une semaine d'été superbe !”

Rating 5
Un accueil au petit oignon.Frederic déborde d'enthousiasme et de connaissance sur les bons coins de balades/activités pour les petits et les grands.Anne nous a régalé avec la formule 1/2 pension.Karine est la Dame [...]

Note : 5/5  -  07/08/2015  -  Cyril T, séjour en famille Aoû